quelques coups de coeur

Le train des enfants, de Viola Ardone, dans une excellente traduction de Laura Brignon, Albin Michel, voilà une très bonne lecture en ces temps difficilesHumour, verve, chaleur humaine, solidarité, fraternité, réflexion…
Naples 1946. La capitale du sud de l’Italie demeure aujourd’hui encore une ville de la pauvreté, à l’image de ce Sud toujours largement vilipendé par les « élites » du Nord. Alors 1946, au sortir d’une guerre très douloureuse dans cette région des combats, après le débarquement américain de juillet 1943.         

La grande force politique de l’Italie libérée du fascisme est alors le Parti Communiste Italien. Le thème du roman est une initiative de ce dernier : faire profiter pendant plusieurs mois, des enfants du Naples des déshérités, d’un moment de vie plus facile, en les envoyant dans des familles de « camarades » d’un Nord plus riche et moins touché par la guerre. C’est « Le train des enfants ».         Quand on a huit ans, et que ce Nord ne représente rien, difficile de quitter sa famille, même lorsqu’elle est en difficulté, mais à l’intérieur de laquelle, au moins, les points de repère sont fixés.          Finalement, ces enfants seront à jamais marqués par cette initiative. Vivant une expérience totalement nouvelle, ils s’en trouveront transformés. De nouveaux chemins s’ouvriront à eux…         

De mon point de vue, ce roman apporte aussi un éclairage sur ce que fut le mouvement communiste stalinien, que ce soit en Italie ou en France. Nous ne reviendrons pas ici sur les choix politiques qui ont conduit à la disparition pour l’un, et à l’affaiblissement considérable pour l’autre de ces deux partis. Mais ces partis du mouvement ouvrier portaient aussi des fraternités et des solidarités exceptionnelles. Les personnages liés au PCI qui apparaissent dans le roman en témoignent.         

Un roman vu du regard d’un enfant, avec beaucoup d’humour et de verve. Un roman chaleureux. Un roman donc, certes propice à la réflexion, mais avant tout d’espoir. Un excellent moment de lecture pour ces temps difficiles. DM (pas encore en poche, 19,90 euros. Mais on peut se le prêter, ce que j’ai déjà fait)                                                                              

Dominique M

Dans la forêt de Jean Hegland

 » Considéré comme un véritable choc littéraire aux États-Unis, ce roman sensuel et puissant met en scène deux jeunes femmes qui entraînent le lecteur vers une vie nouvelle. « 
– Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours vivantes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, emplie d’inépuisables richesses.

Gilles T.

Editions Gallmeeister