S’ACCOMMODER OU RÉSISTER, LA VOIX DES « SANS VOIX » DANS LE ROMAN CONTEMPORAIN

À 11 h 30

Table ronde avec Gérard Delteil, Sylvain Pattieu et Ghislaine Tormos, animée par Dominique Mariette.

Depuis le XIXe siècle, il y a toujours eu une littérature de qualité ayant la volonté de raconter la vie, les drames et les combats des classes que les dominants appelaient « dangereuses ». Selon les époques, ce courant du roman ou du récit, qu’on l’appelât « populiste », « prolétarien », ou autre, fut plus ou moins important. Qu’en est-il aujourd’hui ?